Les activités de notre club

L'apnée, c'est un arrêt plus ou moins long de la ventilation respiratoire de manière totalement volontaire. Il existe plusieurs disciplines en apnée, dont l'apnée dynamique. Celle-ci, bien connue des nageurs, consiste à parcourir la plus grande distance possible avant de remonter à la surface. On vous explique les détails.

L'apnée statique

La pratique de l'apnée consiste à s'immerger plus ou moins profondément en retenant sa respiration ; l'apnée peut être statique ou dynamique. Comme son nom l'indique, l'apnée statique consiste à ne plus respirer le plus longtemps possible, tout en restant immobile.

L'apnéiste la pratique, le plus souvent, dans une piscine, en position allongée sur le ventre et la tête immergée. Elle a l'avantage de ne pas nécessiter de matériel particulier. Une des clés de l'apnée statique est la relaxation.

L'apnéiste doit éviter toute source de stress ou d'inconfort qui viendrait le perturber. De même, il ne faut pas que la température de l'eau soit trop froide afin d'éviter une surconsommation d'oxygène.

L'apnéiste doit, par exemple, éviter de se fixer des objectifs trop hauts.

Les 3 phases de la pratique de l'apnée statique

Une séance d'apnée se déroule en 3 phases :

  • la phase de préparation pendant laquelle l'apnéiste se met en état de relaxation en pratiquant une ventilation par la diaphragme ;
  • la phase d'immersion durant laquelle a lieu un relâchement complet des muscles pour diminuer la production de CO2 ;
  • la phase de lutte est la dernière. Elle repose sur un travail de volonté et d'entraînement. Dans cette étape, il est important de détourner l'attention. On peut, par exemple, pianoter sur le bord du bassin ou toucher le bout de ses doigts. Il est primordial que les muscles sollicités consomment peu d'énergie.

Bon à savoir : la phase de lutte débute à des moments différents selon les personnes. Pour le détenteur actuel du record du monde, Stéphane Mifsud, cette phase commence après environ 4 minutes. Son record en apnée statique est de 11 minutes et 35 secondes.

 

L'apnée dynamique avec ou sans palmes

L'apnée dynamique consiste, on l'a vu, à parcourir la plus grande distance en maintenant son corps sous l'eau en apnée. Elle permet de pratiquer des sports ou des loisirs tels que la chasse sous-marine, la promenade palmée ou le hockey sub-aquatique.

Outre de bonnes capacités respiratoires, la pratique de l'apnée dynamique demande une très bonne technique de glisse et de virage, puisque cette activité s'effectue généralement dans des bassins de 25 ou 50 m de longueur.

Cet exercice peut se réaliser en mono-palme, bi-palmes ou sans palmes, dans une piscine.

En apnée, le corps se trouve dans des situations d'inconfort qu'il doit gérer en se modifiant physiologiquement. Ces modifications se font grâce à un entraînement sur différents niveaux. Celui-ci inclut les différents exercices suivants :

  • Des exercices respiratoires : ils ont lieu aussi bien dans l'eau qu'en-dehors. Il s'agit, dans tous les cas, de retenir sa respiration le plus longtemps possible, tout en effectuant un effort. On peut, par exemple, marcher aussi longtemps que l'on peut en se retenant de respirer : certains athlètes arrivent ainsi à parcourir environ 400 m. Le but de cet exercice est d'apprendre à tolérer l'accumulation de CO² dans l'organisme. On peut également faire du vélo, toujours sans respirer le plus longtemps possible.
  • Un apprentissage du palmage : il est essentiel pour assurer une bonne glisse. Les mouvements des jambes doivent être amples et économes. La tête doit se situer dans l'alignement du corps pour éviter toute résistance à l'eau et toute déconcentration. Pour être sûr d'avancer en ligne droite, une technique consiste à suivre les lignes tracées dans le fond du bassin.
  • Des techniques de relaxation, telles que yoga et sophrologie, permettent un assouplissement de la cage thoracique, mais aussi une prise de conscience de sa respiration.